Docs Voice Originals.

30 mai 2019…

0

Il est 8H du matin. Je me réveille après une nuit agitée. Je ne cessais de penser à la marche nationale qui aura lieu dans moins de six heures. Mon esprit ne cessait de me jouer, en un joli refrain, les slogans. En route vers la gare, je consulte mon facebook pour lire les consignes de sécurité, publiées avant chaque marche par les comités d’organisation et de vigilance. Mais, je fus surprise d’apprendre que les étudiants de la fmpa ont vécu une nuit cauchemardesque. Alors qu’ils se préparaient pour quitter Agadir, ils étaient surpris d’apprendre que les bus ,qui étaient censés les transporter à Rabat, ont annulé leur voyage et ce après avoir reçu des ordres « provenant de haut ». Tandis que leurs confrères Marrakchi, eux, ils étaient obligés de dissimuler leur identité en tant qu’étudiant en médecine. Ils étaient obligés de se disperser pour embarquer le train. Sans doute, vous vous demandez pourquoi ils ont réagi de cette façon ? Je vous répondrai en vous disant que le contrôleur était accompagné d’un policier en uniforme civile et qui recherchait les étudiants en médecine. Eh oui, étudier médecine est devenu un crime dans mon cher pays. Les Tangérois ont vécu aussi le même scénario : ils étaient eux aussi recherchés à bord des trains. Ce sont toutes des tentatives de la part des deux ministères et du gouvernement en général pour empêcher les étudiants de participer à la marche nationale. Mais malgré cela, les étudiants de la fmpa se sont battus pour se rendre à Rabat. Ils n’ont pas cédé aux tentatives d’arnaque des chauffeurs des grands taxis qui leur demandaient les yeux de la tête pour les transporter à Marrakech ( 2500 dh pour 6 personnes). Ils ont eu recours au covoiturage et ils ont contacté autres agences de bus. Quand aux Marrakchi, ils ont joué leur rôle d’acteur à la perfection. Alors qu’on s’approchait de Rabat, j’apprends que mes amis voyageant par autocar ont été victimes d’un accident de la route. DU calme, rien de grave. Mais cet incident allait surement les empêcher d’assister à la marche vu le temps interminable que duraient les procédures. OR, il s’agit de Marrakchi. Ils ne baissent pas facilement les bras et donc ils ont eu recours à l’autostop… Parfois, nous sommes obligés de faire des choix décisifs.

Nous voilà enfin à rabat. On se dirige vers le ministère de la santé tout en dissimulant nos blouses et nos stéthoscopes comme application à l’une des consignes de sécurité. En arrivant, j’étais ébahie par le nombre impressionnant des étudiants, des étudiants qui ont surmonté tout genre d’obstacle, pour graver leurs noms dans les fiches historiques du militantisme médical.
Après que nos BDE nous ont demandés de nous diriger vers le parlement, on était obligé de marcher pour je ne sais combien de kilomètres endurant la chaleur atroce du sacré mois de Ramadan. Une centaine d’étudiants, pour ne pas dire des milliers, ont dû rompre leur jeun s’ils ne désiraient pas être victime de déshydratation sévère. Mais, à vrai dire, on n’aurait jamais atteint ce cas extrême en présence de nos chers parents qui nous jetaient au visage de l’eau fraiche tout en nous répétant les mots suivants : La victoire sera la vôtre … si Dieu le veut. Comment allez vous vous sentir à la vue d’un père ou d’une mère âgée qui faisait les va et viens entre le plus proche robinet et cette marée d’étudiants pour les rafraichir ? N’auriez vous pas les larmes aux yeux ? Ne seriez pas reconnaissant envers ce parent pendant le reste de votre vie ? Comment allez vous vous sentir en voyant votre père ou votre mère portant des pancartes et affichant le suivant : Ne renonce pas ma fille… Ne renonce pas mon fils. N’est ce pas là une vraie dose de motivation ? Comment allez vous vous sentir quand votre père ou votre mère crie de toutes ses forces les différents slogans tout en étant proie aux rayons infernales du soleil ?Comment allez vous vous sentir quand vous êtes tellement fatigué , voire exténué mais vous tournez la tête et vous constatez que votre ami, qui a le visage aussi pourpre que le votre et qui transpire aussi abondamment que vous , crie encore de toutes ses forces ? Perdriez- vous votre volonté ? Perdriez – vous votre motivation ? Quel serait votre sentiment quand un houlement accompagne le passage d’une voiture de sureté nationale ?

Chaque pays est doté d’une armée de policiers, dans l’unique but est de préserver l’intégrité du citoyen, dont les étudiants , et donc de veiller sur leur sécurité. Je dis bien « veiller sur» et non pas les rechercher à bord des trains comme s’ils étaient des criminels redoutables ou de serial killers. Nous avons été surpris par le nombre incroyable de policiers, d’agents des forces auxiliaires , un bataillon d’agents de force d’intervention qui préparaient leurs casques et leurs boucliers. Eh oui, ils allaient intervenir au près d’une armée de hooligans. Alors qu’en vérité, ils faisaient face à de futurs médecins, à de bons citoyens et surtout à de pacifiques protestants qui ne réclamaient que leurs droits légitimes. Dans mon pays, le boycott des examens est incriminé. Eh oui, la durée de détention durerait entre 1 mois et 3 mois. Dans mon pays, on tente de disperser les étudiants en médecine et à les poursuivre dans les rues comme s’ils étaient des malfaiteurs. Dans mon pays, porter une blouse blanche est devenu un crime.

Nous sommes 18000 étudiants. Des étudiants assez matures, assez conscients et surtout assez indépendants pour être capables de prendre leurs propres décisions. Ces 18000 étudiants protestent aujourd’hui en toute connaissance de cause. Ils ne sont ni influencés ni manipulés par des agendas politiques. Ces 18000 étudiants sont assez braves, assez courageux et assez patriotes pour sacrifier leurs cours et leurs stages non seulement pour revendiquer leurs droits mais aussi pour constituer une paroi imperméable qui fera face aux tentatives de privatisation et de dévalorisation du secteur de la santé. Ces 18000 étudiants ont marre de voir des citoyens mourir juste parce qu’il n y a pas suffisamment de blocs opératoires ou de matériaux. Ces 18000 étudiants ne tolèrent plus l’humiliation et l’intimidation.

Chers professeurs, certes, vous avez demandé un décalage d’examens parce que d’abord, vous êtes conscients de l’ampleur et de la gravité de la situation et ensuite, vous savez que pour passer un examen il faut d’abord faire des cours. ET vous êtes mieux placés que n’importe qui pour constater que cette dernière condition n’est guère vérifiée .Or, nous demander d’être plus « rationnels » et de se contenter de solutions à moyen terme (qui n’existent même pas) ce qui sous entend dire se contenter de miettes n’est guère acceptable. Vous savez que nos revendications sont bel et bien légitimes. D’ailleurs, n’est ce pas VOUS qui nous répétiez sans cesse ces mots : C’est le moment ou jamais.. soit vous continuez soit vous arrêtez tout . Si c’est notre dixième semaine de boycott, c’est parce qu’on nous a obligés à le maintenir …

En sommes, nous voici au 21eme siècle, ce qui signifie chers DOYENS, que le fait de demander aux professeurs de poser des questions tirées par les cheveux et de nous afficher un calendrier d’examens sans décalage, dans une tentative de vengeance, ne fera qu’accroitre notre colère et notre détermination. ESSAYER de nous empêcher de partir à rabat est, malheureusement, une tentative vaine. La preuve ? Plus de 100 étudiants de la fmpa (d’un total de 350) ont pu assister à la marche. ET ce n’est absolument pas la peine de parler des braves étudiants de la fmpm qui sont venus en marée humaine. Bref, nous sommes une génération capable de surmonter n’importe quel obstacle, et n’importe quelle difficulté pour atteindre son but.

Chapeau bas à tous les étudiants combattants et à tous les parents et en particulier à ma chère maman qui ne cesse de faire d’énormes sacrifices, soit en m’accompagnant à rabat, soit en m’encourageant, soit en me donnant des conseils tirés de son expérience du boycott de 1991.

Chers parents, vous êtes la bougie qui illumine notre voie. Merci à vous.

Chers responsables, sachez que rien au monde ne peut entraver la marche des guerriers “ Spartiates” et dans notre contexte, ces guerriers ne sont autre que les étudiants en médecine.

Fasting : royal road to healing

Previous article

10 juin 2019..Jour de fête nationale

Next article

Comments

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
36 ⁄ 9 =


Login/Sign up